Saison 2016-2017 (Mamuphi-Babel-Entretemps)

 

Toutes ces activitŽs ont lieu ˆ lĠIrcam

le samedi de 10h ˆ 13h et de 15h ˆ 18h en salle Stravinsky

 

La musique et ses raisonances

(BabelmamuphiEntretemps)

 (org. M. Andreatta et F. Nicolas)

 

Comment la musique rŽsonne (et ses musiciens raisonnent) avec dĠautres modes de pensŽe ? Avec les langues et la poŽsie (Babel), avec les mathŽmatiques et la philosophie (mamuphi), avec la politique et la psychanalyse comme avec tout autre (Entretemps) ?

Il sĠagira, dans cette formule globale, dĠentrelacer, sous une unique formule mensuelle (huit samedis, de 10h ˆ 18h, ˆ lĠIrcam, salle Stravinsky), les diffŽrents types dĠaffinitŽ qui faisaient, depuis longtemps, lĠobjet de sŽminaires cloisonnŽs.

 

 

Mamuphi

Babel

Entretemps

8 octobre 2016

Musique | MathŽmatiques

 

 

12 novembre 2016

LĠhŽtŽrophonie musicale comme adjonction-extension ?

 

10 dŽcembre 2016

Ç Forcing È

 

 

28 janvier 2017

 

 

Musique & politique

25 fŽvrier 2017

AndrŽe Ehresmann and CĦ

 

 

25 mars 2017

Attention : SŽance annulŽe !

 

 

29 avril 2017

 

 HŽtŽrophonie 68

 

27 mai 2017

Alexandre Grothendieck | Paul Cohen

 

 

 

Mamuphi (14Ħ saison)

 (org. C. Alunni, M. Andreatta, A. Cavazzini et F. Nicolas)

á       8 octobre 2016 : Musique | MathŽmatiques

á       10 dŽcembre 2016 : Ç Forcing È

á       25 fŽvrier 2017 : Travaux de Ç lĠŽcole AndrŽe Ehresmann ÈÉ

á       Attention : SŽance annulŽe ! 25 mars 2017 : Ç Les musiques actuelles ÈÉ

á       27 mai 2017 : Alexandre Grothendieck [1] | Paul Cohen [2]

 

Babel (5Ħ saison)

 (org. V. Anger, R. Di stefano, F. Nicolas et O. Saccomano)

á       12 novembre 2016 : LĠhŽtŽrophonie musicale comme adjonction-extension ?

á       29 avril 2017 : HŽtŽrophonie 68

 

Entretemps (19Ħ saison)

 (org. A. Cavazzini et F. Nicolas)

á       28 janvier 2017 : Musique et politique (2) - Formalisations musicales de pratiques politiques ?

 

***

 

Pour tout contact:

   Charles Alunni : alunni [at] ens.fr

   Moreno Andreatta : andreatta [at] ircam.fr

   Violaine Anger : v.anger [at] wanadoo.fr

   Andrea Cavazzini : andreacavazzini [at] libero.it

   Rudolf di Stefano : solrudolf [at] orange.fr

   Franois Nicolas : fnicolas [at] ircam.fr

   Olivier Saccomano : saccomano [at] duzieu.net

 

***

 

8 octobre 2016 (Mamuphi )

 

Musique & philosophie

á       Frederico Lyra – BrŽsil : Urgence, Fatalisme, Improvisation [a]

á       FrŽdŽric Maintenant  – Iris ou les chemins de traverse entre Miles Davis et Wayne Shorter

MathŽmatiques

á       Yves AndrŽ  –  Ç Quels sont vos grands auteurs? È RŽflexions sur lĠŽcriture et le style en mathŽmatique

 

*

 

12 novembre 2016 (Mamuphi - Babel)

LĠhŽtŽrophonie musicale comme adjonction-extension ?

 

á       Mart’n Gonz‡lez - HŽtŽrostylisme et extension par double adjonction, ˆ la lumire de la gŽomŽtrie contemporaine [b]

Description : Description : Macintosh HD:Users:francoisnicolas:Desktop:Résumé mamuphi-1.jpg

á       Franois Nicolas - Composer des hŽtŽrophonies [c]

[ vidŽo : https://www.youtube.com/watch?v=6lhHdFqaQqk ]

 

*

 

10 dŽcembre 2016 (Mamuphi )

Armand Hatchuel [3] - Forcing et thŽorie de la conception (thŽorie C-K) : un modle du raisonnement crŽatif [d]

[ diapositives ]

[vidŽo : https://www.youtube.com/watch?v=BZ6Ger4nNVw]

 

*

 

28 janvier 2017 (Entretemps)

Musique et politique : Formalisations musicales de pratiques politiques [e]

 

á       Laurent Feneyrou - Ç Neue Linke et crŽation musicale È [f]

á       Franois Nicolas - Ç La leon Barabbas : pourquoi la musique ne saurait formaliser lĠantagonisme politique È [g]

á       Mariem Hazmoune - Ç LĠÏuvre apolitiquement politique de Luciano Berio È [h]

á       Frederico Lyra - Ç L'improvisation, ou la fragilitŽ de la forme en musique et en politique. Une lecture ˆ partir de deux aphorismes dĠAdorno. È [i]

 

*

 

25 fŽvrier 2017 (Mamuphi)

Autour dĠAndrŽe Ehresmann

JournŽe soutenue par lĠIRCAM et lĠANR DeSciTech

 

á       10h00-12h00 - AndrŽe Ehresmann : Questions sur les Systmes Evolutifs ˆ MŽmoire

12h15-14h00 - Buffet (sur place)

á       14h00-16h00 - RenŽ Guitart : Axiomes pour des logiques spŽculaires

á       16h00-18h00 - Mathias BŽjean : RŽflexions sur la formalisation des mŽthodes de crŽation

 

***



[1] Un Žclairage sur lĠÏuvre philosophique dĠA. Grothendieck (RŽcoltes et Semailles, les Portes sur lĠUnivers, La Clef des Songes, Notes pour la Clef des Songes)

[2] PrŽsentation dŽtaillŽe du thŽorme sur le forcing

[3] MinesParisTech/PSL - Research University - Chaire de thŽorie et mŽthodes de la conception



[a] Pour essayer de dŽgager une premire orientation (ou dŽsorientation?) dans un contexte o le futur ne semble nous donner ni signes, ni perspectives, cette communication voudrait, ˆ travers le prisme du BrŽsil - cet (ex-)pays du futur - mettre en rapport trois concepts dŽveloppŽs par diffŽrents philosophes et musiciens: celui dĠUrgence (par le philosophe brŽsilien Paulo Arantes), celui de Fatalisme (par le philosophe allemand Frank Ruda), et enfin celui dĠimprovisation musicale (tel que formulŽ par les musiciens nord-amŽricains Steve Coleman et Steve Lacy et tel quĠexaminŽ par T. W. Adorno).

 

[b] Mart’n Gonz‡lez, mathŽmaticien, nous exposera le matin le processus cumulatif de deux adjonctions successives en gŽomŽtrie algŽbrique contemporaine :

la premire Žtend les variŽtŽs algŽbriques en schŽmas par adjonction de nilpotents (opŽrant sur la notion dĠintersection) ;

la seconde Žtend ces schŽmas en champs dŽrivŽs selon cette fois une adjonction dĠun type nouveau : Ç lĠadjonction double È (opŽrant simultanŽment sur les notions dĠintersection et de quotient).

Il dŽtaillera la pensŽe mathŽmatique ˆ lĠÏuvre dans ce mouvement : enjeux, mŽthodes, rŽsultats.

Il encha”nera sur les possibles raisonances de ce travail mathŽmatique vers la musique (Mart’n Gonz‡lez est Žgalement musicien) en examinant comment les diffŽrentes structurations gŽomŽtriques dĠune variŽtŽ topologique donnŽe (qui oprent en arrire fond du travail dĠextension prŽsentŽ ci-dessus) peuvent Žclairer les diffŽrentes structurations musicales susceptibles de sĠemparer de topologies purement sonores.

Il conclura sur la proposition dĠune notion dĠhŽtŽrostylisme susceptible, selon lui, de fixer la nŽcessaire pluralitŽ ˆ lĠÏuvre dans Ç lĠadjonction double È prŽcŽdente, autant dire sur la nŽcessaire pluralitŽ des structurations gŽomŽtriques/musicales aptes ˆ mŽtamorphoser les espaces topologiques/sonores.

 

[c] Franois Nicolas, compositeur, nous exposera lĠaprs-midi la manire dont, selon lui, lĠhŽtŽrophonie musicale peut aujourdĠhui tre adjointe ˆ lĠantique polyphonie en sorte dĠŽtendre ˆ de tout autres Žchelles les collectifs musicaux venant peupler les compositions.

Il exposera une manire particulire dĠopŽrer cette rupture sur lĠexemple concret des ricercares polythŽmatiques de Frescobaldi.

Il conclura sur les raisonances idŽologico-politiques de cette orientation sous lĠhypothse que les peuples du monde sont les lieux mmes de la politique internationale dĠŽmancipation quĠil sĠagit aujourdĠhui de promouvoir.

 

[d] Avec les thŽories rŽcentes de la conception et notamment  la thŽorie C-K, on a pu caractŽriser et Žtudier des modles du raisonnement crŽatif dans de nombreux univers empiriques.

Dans le domaine de la logique mathŽmatique, on peut aussi relire le Forcing de Paul Cohen comme une thŽorie de la conception dans le monde de la thŽorie des ensembles. La correspondance Žtroite entre Forcing et ThŽorie C-K (Hatchuel, Weil et Le Masson 2013 [d]) souligne en particulier les relations entre les notions d'indŽcidabilitŽ, d'indŽpendance et d'expansion des connaissances dans la construction du raisonnement crŽatif. Il en rŽsulte notamment que les modles de la production des connaissances, ainsi que ceux de l'apprentissage, sont dŽpendants de modles implicites du raisonnement crŽatif.

On Žvoquera les pistes de recherche et les implications ŽpistŽmologiques qui peuvent dŽcouler de ces propositions.

 

[e] Sans remettre en question lĠautonomie (relative) de la musique (par laquelle elle Žchappe aussi bien, ˆ Ç droite È, ˆ la tour dĠivoire quĠˆ Ç gauche È ˆ la pure fonctionnalitŽ Ç au service deÉ È), peut-on envisager que la musique formalise quelques dimensions de la pensŽe et de lĠactivitŽ politiques?

 

[f] Aprs la tentative dĠassassinat de Rudi Dutschke et aprs les incendies criminels des magasins de Francfort en 1968, alors que Hans Werner Henze livre un Radeau de la mŽduse dont la crŽation est interrompue par lĠintervention des forces de lĠordre, Helmut Lachenmann compose Air, musique pour grand orchestre avec percussion soliste, o il est fait usage de pistolets, et Pression, pour un violoncelliste, tout en rŽdigeant ses premiers dŽveloppements thŽoriques sur la notion de refus, non loin de Herbert Marcuse, et sur celle de Ç musique concrte instrumentale È.

Ce corpus est lĠobjet de notre intervention.

 

[g] Il sĠagira dĠinterroger le Ç et È qui cheville lĠintitulŽ Ç Musique et politique È. On le fera sous les deux hypothses suivantes :

1.     le rŽel de cette conjonction est dĠtre disjonctif ;

2.     lĠimpossible de la musique, qui la disjoint radicalement de la politique, tient ˆ lĠimpossibilitŽ pour une Ïuvre musicale de formaliser les contradictions antagoniques, celles-lˆ mme qui constituent pourtant la pierre de touche dĠune politique rŽellement existante – comme lĠŽpoque actuelle le prouve ˆ loisir, sans contradiction antagonique entre deux politiques (au moins), pas rŽellement de politique !

On examinera, ˆ la lumire de ces hypothses, diffŽrentes Ïuvres musicales, commenant par le Ç Barrabas ! È de la Passion selon St Matthieu, continuant par Wagner, Schoenberg, Prokofiev et Darasse-Badiou (Antagonisme, 1964), pour terminer par le final du Requiem de Zimmermann.

On verra ainsi que, si la musique ne peut en effet formaliser ce qui Ç antagonise È rŽellement deux politiques, elle peut cependant figurer certains affects dĠune politique engagŽe dans un antagonisme donnŽ. Mais figurer nĠest pas formaliser !

On en dŽduira que la musique ne saurait formaliser que les contradictions non antagoniques (soit, politiquement, les contradictions dites au sein du peuple).

Si formaliser ainsi la composition interne des diffŽrents collectifs susceptibles de faire peuple, cĠest bien formaliser le cÏur mme du travail politique Žmancipateur, cependant lĠincapacitŽ de formaliser lĠinscription de ces collectifs dans un vŽritable antagonisme politique fait courir un pŽril inŽvitable ˆ cette formalisation : celui dĠune simple idŽologisation (ou dĠun pur Ç formalisme È) du processus concernŽ tendant alors, en vŽritŽ, ˆ le dŽpolitiser.

On en tirera la conclusion suivante : toute Ïuvre voulant rendre musicalement justice de quelque politique dĠŽmancipation devra avoir lĠintelligence et le courage dĠautolimiter son discours.

 

[h] Cette communication sĠarticule autour de deux points.

On interroge, en premier lieu, ce quĠest la politique de la musique non-tonale — au delˆ de la reprŽsentation et de la signification, au delˆ Žgalement du langage et du matŽriau. La musique en tant que somme des rapports, les rapports en tant que finalitŽ, devient son identification relativement tardive en tant quĠart esthŽtique.

En second lieu corolaire, sĠinterroger sur ce partage du sensible sĠillustre par lĠaffirmation dĠune politicitŽ de lĠÏuvre ™tŽe de toute praxis de lĠart et de tout engagement de lĠartiste. CĠest par la musique de Luciano Berio que sĠy dŽploierait la manifestation dĠune forme possible de cette politicitŽ, celle-lˆ mme qui se cristallise dans les Ïuvres des annŽes 1960, Laborintus II, Passaggio, A-Ronne, etc.

Les traverser permettrait ainsi de percevoir deux catŽgories esthŽtiques et politiques, lĠinformel de la rŽpartition dĠun matŽriau musical ressassŽ, et le commun, corrŽlat de la co-activitŽ des voix et mise en scne du processus de lĠŽgalitŽ entre ces voix-sujets.

 

[i] Prenant deux aphorismes dĠAdorno comme point de dŽpart, il sĠagira de questionner, ˆ partir de la fragilitŽ des formes dans la musique, notamment lorsquĠelle est improvisŽe, la fragilitŽ actuelle des formes politiques.

Notre hypothse de travail porte sur la question des dŽcisions quĠil faut nŽcessairement prendre dans les deux pratiques.

Nous essayerons par lˆ de trouver des rapports et des analogies entre ces deux pratiques intrinsquement distantes que sont la musique et la politique.